Cartouche d’encre alimentaire et papier comestible

La technologie s’affine et la qualité de l’impression est telle que l’on croirait qu’une vraie photo a été collée sur la pâtisserie. Riche en colorants, la cartouche d’encre alimentaire reste plébiscitée par les utilisateurs qui aiment son rendu net.

La composition et l’usage des cartouches d’encre alimentaire

Conditionnée dans des cartouches d’encre, l’encre alimentaire est un mélange à base d’eau. Ce dernier est complété par un stabilisant (glycérine), un conservateur et un acidifiant. Il y a 4 couleurs proposées, donc 4 colorants : bleu (E133), rouge (E122 ou E124), noir (E151) et jaune (E102). La législation européenne, via le  règlement 1333/2008 CEE, oblige à indiquer la mention “peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention des enfants”, en raison de la présence de ces colorants.

Pourquoi ne pas utiliser des encres alimentaires naturelles ? La qualité d’impression n’est pas encore au rendez-vous sur le papier comestible. Pour un résultat précis, professionnels et amateurs privilégient souvent l’encre à la composition chimique, d’autant que les quantités de colorant restent minimes.

Bon nombre d’imprimantes ordinaires sont compatibles avec des cartouches d’encre alimentaire (Canon, HP…). Il faut nettoyer régulièrement les têtes d’impression afin d’éviter un encrassement, avec un kit spécifique de nettoyage ou de l’eau déminéralisée. Il suffit d’imprimer quelques feuilles de test pour un alignement parfait des têtes d’impression.

Economiques, les cartouches d’encre permettent de réaliser une cinquantaine d’impressions de format A4.

Quel support d’impression pour les gâteaux ?

Il existe différents supports alimentaires que l’on peut utiliser sur les gâteaux, les dragées ou le chocolat. Il est important de laisser sécher après l’impression de la feuille, avant de la fixer avec de la colle alimentaire. Il ne faut pas hésiter à augmenter l’intensité des couleurs, car les couleurs foncées passent moins bien en impression alimentaire.

Les feuilles d’azyme appelées également papier de riz sont communément utilisées pour le nougat, les calissons ou les gâteaux. A base de fécule de pomme de terre et de matière grasse végétale, l’impression est d’une qualité inférieure aux autres types de feuilles. Elles sont d’une finesse extrême, en-dessous d’1 mm.

Les feuilles de chocolat nécessitent une autre technique d’impression : le transfert. Utilisé sur le chocolat, son maniement reste délicat. En PVC, la feuille d’impression est recouverte d’une couche de beurre de cacao.

A base d’amidon de maïs, les feuilles de sucre sont relativement fines. Elles correspondent parfaitement à un gâteau recouvert de pâte à sucre ou d’amande. Elles permettent d’obtenir une excellente qualité d’impression. La feuille se pose sur la pâte à sucre ou d’amande légèrement humidifiée. Plus épaisses, les feuilles de fondant sont composées de sucre et donc plus sucrées au goût. Lumineux et brillant, le décor se place sur un fraisier ou même un mille-feuilles. Bonne dégustation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *